1836-1863 La formidable aventure de la route n°27

     mis en ligne le 25 juillet 2017

Une photo aérienne prise par Camille Beau qui m'a gentiment donné l'autorisation de l'utiliser et que je remercie bien sincèrement, montre le Chemin de Grande Communication n°27, qui s'est transformé plus tard en Départementale 32.
VOIR ICI ses autres magnifiques photos de Dordogne
 
Les voies de communication ont toujours été un aspect essentiel de développement pour un pays, pour faire circuler les troupes et faciliter le commerce.
► Les Gaulois possédaient un réseau important et les Romains ont ensuite adopté certains de leurs tracés. Mais après la chute de l'Empire romain, au Moyen Âge les routes ne furent plus entretenues et très vite la France perdit son réseau routier et seuls subsistèrent des chemins d'intérêt "local".
► Sous l'Ancien Régime, des routes royales furent construites reliant les principales villes du royaume à la capitale.

► Juste avant la Révolution, en 1785, l'Indicateur Fidèle ou guide des Voyageurs (disponible sur Gallica "Cliquer içi") montre les routes royales et particulières du royaume de France
Comme on peut le constater sur le morceau de carte ci-dessous, extrait de ce guide, le Périgord avait été presque complètement oublié !

◊ A l'ouest, la route royale de Bordeaux à Limoges effleurait le Périgord sur une centaine de km, assurant cependant une liaison postale avec la capitale.
◊ Deux routes secondaires reliaient Bergerac et Périgueux à Angoulême (la première par Grignols et la seconde par Brantôme et Mareuil).
◊ Des chemins figuraient également sur le réseau reliant Bergerac à Sainte Foy la Grande et à Sarlat.
et c'était tout !!!
◊ Après la Révolution, les voies de communication sont dans un état lamentable.
◊ puis Napoléon développe les routes (qui de royales deviennent impériales) pour assurer le passage de ses troupes et relier Paris aux villes de l'Empire et mais le Périgord n'était pas concerné !
L'Annuaire statistique du département de la Dordogne pour l'an XII de la République (1803-1804) indique
◊ 1 seule route de "1ère classe" (i.e. qui passe par Paris), de Paris à Bagnères par Limoges, Périgueux et Bergerac traverse le département sur 122 km
◊ 4 routes de "deuxième classe" (i.e. qui ne passent pas par la capitale mais qui présentent un intérêt général):
de Bergerac à Bordeaux (par Ste Foy, Castillon et Libourne, 31 km)
de Périgueux à Bordeaux (par Mussidan et Libourne, 31 km)
de Périgueux à Angoulême (par Brantôme et Larochebeaucour , 49 km)
de Périgueux à Brive (par Millac, Terrasson et l'Arche, 63 km)
◊ 8 routes de "3ème classe" (d'un intérêt plus "local"):
de Limoges à Cahors, par Cubas, Montignac et Sarlat (98 km)
de Bordeaux à Sarlat par Bergerac et Lalinde (67 km)
de Bordeaux à Brive, par Bergerac et Cendrieux (47 km)
d'Angoulême à Bordeaux par Larochebeaucour, Ribérac et Larochechalais (56 km)
de Périgueux à Ribérac (30 km)
de Brantôme à Nontron (17 km)
de Périgueux à Excideuil (20 km)
de Bergerac à Mussidan (22 km)
ce qui fait moins de 700km de "routes" pour le département vers 1804 à comparer à une donnée Wikipedia : 18 939km en 2011 !

On peut avoir une idée de l'état des routes au début du XIXe:
Lors du Conseil Municipal de Liorac du 21 mai 1817 (Archives Municipales de Liorac), est lue une lettre du Sous Préfet concernant la réparation de la route de Bergerac au niveau de la côte de Tiregan "que les ravins ont prodigieusement dégradée".
(Considérant que dans l'état de dégradation où se trouve la côte de Tiregan la communication directe de Liorac à Bergerac se trouve pendant l'hiver interceptée aux charrettes et aux chevaux et que même pendant l'été cette partie de la route devient de plus en plus difficile.)
Coût des réparations : 3367F. Suit la répartition des dépenses entre les différentes communes concernées : les matériaux et transports seront fournis par les communes de Creysse, St Sauveur et Bergerac : 1526F. La dépense en argent serait donc de 1841F à répartir sur 8 communes :
1. Lamonzie 644F (35%) 2. Liorac 322F (17.5%) 3. St Felix 230F (12 .5%) 4. St Marcel 184 F (10 %) 5. St Georges 184 F(10 %) 6. St Maurice 92 F (5 %) 7. St Laurent 92 F (5 %) 8. Ste Foy 92 F (5 %)
Le maire de Liorac considère qu'il est urgent de réaliser ces réparations, car de nouvelles dégradations amèneraient un surcroit de dépense. Il trouve cependant qu'il est demandé beaucoup à Liorac par rapport à d'autres communes, mais on ne lui laisse pas le choix.
Le conseil approuve donc la participation aux réparations de la côte de Tiregan et vote pour acquitter sa quote-part une imposition spéciale de 322 F.
Les Lioracois vont payer pour la route et ce n'est que le début !

et pendant ce temps là, que se passait-il dans la commune de Liorac ?
Le plan cadastral de 1824, celui que l'on appelera "le cadastre Napoléon", venait juste d'être terminé. Le tableau d'assemblage de la commune de Liorac montre une multitude de chemins (voir schéma ci dessous) au tracé désordonné, sans plan d'ensemble, correspondant la plupart du temps à des chemins de terre marquant des limites de propriété et destinés essentiellement à un usage local pour atteindre les champs et les villages : c'étaient les chemins vicinaux à la charge de la commune (l'entretien était souvent assuré par des prestations en nature, des journées de travail qui remplaçaient les impôts en argent).

On y remarque le chemin de Liorac à Cause, actuellement la route de Cause de Clérans, le chemin de la Roche à Mouleydier, actuellement la route de Mouleydier et le chemin de Bergerac à Liorac, qui va devenir le chemin de Grande Communication N°27 (CGC27).

Une loi (21 mai 1836, dite de Thiers-Montalivet) avait classifié la voirie vicinale, distinguant les chemins ruraux dont la construction et l'entretien étaient entièrement à la charge des communes et les chemins vicinaux classés (dont les chemins de grande communication ou "CGC") gérés grâce aux subventions du Conseil général mais placés sous le contrôle du préfet du département.

Le CGC N°27
Une coupure de 1836 du Journal de Bergerac (Archives Municipales de Bergerac) annonce que le Conseil Général vient de classer les Chemins de Grande Communication de l'arrondissement de Bergerac. Il y en avait 8 dans l'arrondissemnt dont le n°27 qui devait passer à Liorac.
Ce classement était important car le département était en charge de surveiller les travaux (le rôle des agents voyers) et participait financièrement, une grosse partie des frais restant cependant à la charge de la commune, en particulier pour l'expropriation et l'achat des terrains....

En 1838, Bardon géographe des Ponts et Chaussées, traçe la carte routière du département de la Dordogne avec les routes royales (ou plutôt "la" !), départementales et les chemins de grande Communication. La route N°27 y est tracée mais selon la légende ce n'est encore qu'un chemin vicinal. ICI sur gallica
Enfin, on peut noter sur l'article du Journal de Bergerac , relatant les conclusions de 1836 du Conseil Général, que les chemins de Grande Communication ne passeraient pas forcément par les chefs lieux des communes citées (l'expression "chef lieu" était utilisée pour désigner le bourg par rapport aux villages de la commune)
Mais à Liorac la route va traverser le bourg, créant un grand chambardement !
références
• Archives départementales de la Dordogne, série S : 35 S2, 35 S6, 35 S10, 35 S14, 35 S24. Ces dossiers contiennent des copies conformes des rapports du Conseil Municipal de Liorac de l'époque considérée.
• Rapports du Conseil Général de la Dordogne disponibles sur Gallica
• Archives Municipales de Bergerac : Journal de Bergerac.
• Petit livre bon à consulter, ou Examen critique et impartial sur les chemins de grande communication, les routes départementales et les voies de petite vicinalité dans la Dordogne. Signé : Trigant-Gautier-1842 ICI sur gallica

Le grand chambardement du bourg

@ Marie-France Castang-Coutou - postmaster*liorac.info (remplacer l'étoile par @)