Soldats de Liorac, "Morts pour la France"
pendant la guerre de 14-18

Deux plaques rappellent à notre souvenir les soldats de Liorac qui ont perdu la vie pendant la première guerre mondiale: sur la photo de gauche, la plaque qui se trouve dans l'église et à droite, celle du Monument aux Morts sur la place de la mairie. Vingt trois noms sont inscrits sur la plaque de l'église, dont trois disparus, alors que le monument aux morts n'en mentionne que vingt et un.
Pourquoi ces différences ?
 
On peut tout d'abord remarquer que la liste de l'église a été dressée avant celle du monument aux morts puisque trois soldats, dont on retrouve les noms sur le monument aux morts, étaient encore portés disparus sur la plaque de l'église. De plus, cette liste est signée conjointement par le curé Gratadou et par le maire "de Raffin", qui fut remplacé de 1914 à 1919 pour cause de mobilisation. La plaque a donc probablement été installée à son retour en 1919 après l'armistice, alors que le sort de tous les combattants n'était pas encore connu. Le monument aux morts a été érigé plus tard. Ce décalage en temps est probablement à l'origine des différences entre la plaque de l'église et celle du monument aux morts.
La loi du 25-10-1919, prévoyait "la commémoration et la glorification des morts pour la France au cours de la grande guerre" par la tenue d'un livre d'or portant les noms des Morts pour la France, nés ou résidant dans la commune", et invitait les communes à prendre toutes les mesures "en vue de glorifier les héros morts pour la Patrie". Des subventions pour édifier un monument aux morts, furent dans certains cas accordées aux communes. Celui de Liorac fut érigé en 1922.
Plus tard, les noms des Morts pour la France pendant les autres conflits, la guerre de 1940-45 et la guerre d'Algérie, y furent ajoutés.
La mention "Mort pour la France" : L’attribution de la mention "Mort pour la France" est une opération relative à l’état civil, régi par les articles L 488 à L 492bis du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre. Ces textes sont disponibles ICI. On y apprend que tous les actes de décès des militaires tués à l'ennemi, morts de blessures de guerre ou de maladie contractée en service commandé en temps de guerre ou d'accident survenu en service devaient porter la mention "Mort pour la France".
L'inscription sur le Monument aux Morts : L'inscription des noms sur le Monument aux Morts (voir le site du Sénat), relève de la responsablité des communes : les soldats, nés ou ayant résidé en dernier lieu dans une commune et étant décédés avec la mention "Mort pour la France", doivent naturellement être inscrits sur le Monument aux Morts. Cependant il n'existe aucune liste officielle par commune de naissance : il y a eu parfois des oublis et même certains soldats ont été inscrits sur deux monuments différents.

@ Marie-France Castang-Coutou
Contact: postmaster*liorac.info (remplacer l'étoile par @)