Une église "templière" ?

La tradition selon laquelle les Templiers ont été présents à Liorac est bien ancrée dans le village. Il n'y a d'ailleurs pas si longtemps encore, qu'un panneau à l'entrée de Liorac annonçait "son église templière". Pourtant, jusqu'à présent, aucun texte ne le confirme et le mystère demeure.
Rappelons d'abord quelques dates: après la conquête de Jérusalem en 1099, lors de la première croisade, deux nouveaux ordres religieux ont vu le jour. Ils avaient pour but à la fois de conserver Jérusalem aux chrétiens et d'assurer l'accès des lieux saints aux pélerins. Ce furent en 1113, les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui fournissaient l'hébergement et les soins et en 1120 l'Ordre du Temple qui assurait la sécurité des pèlerins en Terre Sainte.
De nombreuses donations ont permis à ces deux ordres d'organiser un réseau de commanderies dont les revenus servaient à entretenir les chevaliers en Terre Sainte. Ces ordres étaient donc riches. En 1307, Philippe le Bel, ébloui par ces richesses fit emprisonner tous les Templiers et séquester leurs biens. Le procès des Templiers commença alors et ils furent torturés, condamnés et finalement exécutés. En 1312, l'Ordre du Temple fut dissous et tous les biens des Templiers attribués aux Hospitaliers.

Les Commanderies du Périgord dépendaient du grand Prieuré de Toulouse. Les documents concernant l'ordre du Temple et l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem sont conservés aux archives de Toulouse.
Les commanderies du Périgord étaient nombreuses et elles possèdaient des domaines parfois assez éloignés du chef-lieu de commanderie, c'est à dire de la "maison mère".
Les commanderies dépendantes de la commanderie de CONDAT qui se trouvent à une distance raisonnable de Liorac, sont reportées sur la carte ci-contre, tracée à partir des données de P.Vidal (référence ci-dessous). Cinq commanderies ont existé dans un rayon de 20 km autour de Liorac : Douville, Lembras, Cours-de-Pile, Saint-Nexans et Saint-Aubin de Lanquais. Peut être que Liorac était une dépendance de l'une de ces commanderies. Cependant Liorac n'apparaît dans aucune des publications citées plus bas concernant l'étude du Grand Prieuré de Toulouse.

Et pourtant, la notice des monuments historiques indique que "Liorac faisait partie d'une ancienne commanderie de Malte"", mais malheureusement cet organisme n'a pu fournir ni précision ni référence.
De plus, on trouve dans l'environnement immédiat de l'église plusieurs croix qui rappellent la croix du Temple ou la croix de Malte et qui sont en faveur d'une présence Templière ou Hospitalière : ces croix laissent supposer qu'il y a tout de même quelque chose de vrai dans cette histoire !

A gauche, une croix pattée gravée sur le mur d'une maison près de l'église, sur une pierre d'angle. Cette position pourrait indiquer un reliquaire, mais bien sûr, on ne peut pas exclure que ce soit une pierre de réemploi, issue d'un autre site, comme c'était l'usage à l'époque.
Au centre, la croix gravée en haut du clocher, sur le côté gauche de la fenêtre centrale du mur est.
A droite, un bloc de grès rouge trouvé dans un jardin, qui porte une jolie croix gravée qui rappelle la croix du Temple.


Il est donc fort possible que Liorac ait effectivement appartenu à une commanderie Templière puis Hospitalière, cependant jusqu'à ce jour aucune preuve écrite n'a été trouvée. Le mystère reste donc "presque" entier... Attendons d'autres découvertes !

SOURCES :
► Histoire du Grand-Prieuré de Toulouse par M.A. DU BOURG (1883- disponible à la BNF sur Gallica)
► Hospitaliers et Templiers en France Méridionale - Le Grand Prieuré de Toulouse de l'Ordre de Malte, par Pierre Vidal, Ass. Les Amis des Archives de la Haute Garonne (ed CNRS)
Site d'étude sur les Templiers: les auteurs du site ont visité les archives de Toulouse, et donnent une liste très complète des possessions templières en Périgord et là encore, Liorac n'apparait pas.

 

... l'église de Liorac en 1688

@ Marie-France Castang-Coutou - postmaster*liorac.info (remplacer l'étoile par @)