À MONTFERRAND-du-PÉRIGORD

A environ 25 km au Sud-Est de Liorac, MONTFERRAND-du-PÉRIGORD.
Un château médiéval, bâti au XIe ou XIIe siècle, domine le village. Sur la pente, les maisons se serrent, le long de ruelles étroites.
Une église du XIXe, quelques maisons aux façades Renaissance et une très belle halle du XVIe, constituent le village. La halle accueillait les nombreuses foires et selon la tradition, le seul pilier carré était l'emplacement du pilori.

Un peu à l'écart du village, l'église saint-Christophe, l'ancienne église paroissiale de Montferrand avec sa belle tour-clocher.
Vue depuis l'entrée du cimetière, cette église surprend par sa nef minuscule. Mais en s'approchant, on comprend que la nef d'origine, dont on voit encore les traces de l'ancienne toiture sur le mur du clocher, était plus haute et plus grande. L'église romane a été construite à partir du XIe siècle et sa nef a été en partie détruite, sans doute durant la guerre de Cent Ans. La tour-clocher abrite le choeur roman et constitue ainsi le chevet de l'église. Cette tour-chevet a été retouché à l'époque gothique comme en témoigne la forme de ses ouvertures.
 
Ce monument apparement modeste recèle pourtant une incroyable richesse de peintures murales médiévales.
Autour du XVIe siècle, les peintures murales furent cachées par un badigeon blanc, qui les a heureusement protégées pendant plusieurs siècles. Elles furent remises à jour il y a quelques décennies lors du piquage des murs pour retrouver les pierres apparentes ! L'église est ouverte, entrons les admirer !


LES PEINTURES MURALES

En passant la souris sur l'image, fait démarrer le diaporama et l'interrompt. Pour regarder les images une par une, arrêter le diaporama et utiliser les flèches ou les miniatures de la galerie en bas.
A l'origine, l'intérieur de l'église devait être entièrement couvert de peintures "éducatives". C'était en effet l'usage au Moyen Âge de remplacer l'écriture par l'image pour instruire une population illettrée. C'est un peu une bande dessinée qui se déroule, montrant les épisodes clés de la foi chrétienne, depuis l'entrée de l'église jusqu'au choeur qui représente le lieu le plus sacré (photo 1).
  • Aperçu de l'intérieur
  • La peinture de la Cène a été tronquée lors de la destruction de la nef ancienne.
  • L'entrée des enfers symbolisée par un monstre à la gueule grande ouverte.
  • La légende de St Léonard
  • Une croix pattée
  • Le soleil à visage humain sur un semis d'étoiles
  • et la lune au graphisme étonnant
  • Le Christ en majesté
  • Le Christ est entouré des quatre évangélistes : ici le lion de Marc.
  • Le personnage ailé de Mathieu.
  • Le taureau de Luc
  • L'Annonciation
  • Saint Christophe
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
bootstrap slider by WOWSlider.com v6.1

Sur les murs de la nef

Photo 2 : En entrant dans la nef à droite, une peinture représente une partie de la Cène : on ne voit que deux apôtres et la peinture devait se prolonger dans la nef d'origine pour représenter Jésus entouré des douze apôtres.

Photo 3 : Sur le mur de gauche, un autre thème "éducatif", à savoir les péchés capitaux et l'enfer ! Un monstre, la gueule démesurement ouverte avale allégrement des damnés. C'est le Lévi croixe du Léviathan, le début d'une autre composition qui devait représenter les péchés capitaux en route directe vers l'enfer. On distingue avec difficulté le premier élément de ce cortège sous la forme d'une silhouette féminine chevauchant un félin et symbolisant la luxure. Après le réalisme de ces représentations, les habitants ne pouvaient pas dire qu'ils n'avaient pas été prévenus !

Photo 4 : Toujours sur le mur de gauche, une composition assez importante qui a été identifiée comme la peinture la plus ancienne de l'église. Au centre un personnage en robe rouge, le visage auréolé d'un nimbe, que l'on identifie facilement grâce à l'insciption "LEONARDUS". Il s'agit de saint Léonard, un ermite, contemporain du roi Clovis. Ayant miraculeusement permis par ses prières, l'heureuse délivrance de la reine Clotilde, Léonard reçut du roi le privilège de pouvoir libérer des prisonniers et c'est ce qui est représenté sur la peinture : à droite la porte de la prison est ouverte et deux prisonniers libérés sont agenouillés aux pieds de Léonard et lui rendent grâce. Deux anges complètent la scène.

Photo 5 : À droite de la composition de St Léonard peinte sur un pilier, une croix pattée rouge inscrite dans un cercle. Est-ce une croix de consécration de l'église ? une croix templière ?

Sur la voute du choeur roman

Photo 6 et 7 : Le ciel est symbolisé par le soleil et la lune, représentés avec un visage humain, sur un semis d'étoiles.
Photo 8 : Au centre de la voute, le Christ en majesté, assis sur un trône et tenant une croix. La tiare, la forme des yeux, le fond minutieusement décoré suggèrent une influence byzantine.
Photo 9 : Le Christ est entouré des quatre évangélistes (seule la peinture de Jean est effacée), représentés sous leur forme symbolique : ici le lion de saint Marc avec la mention "LEO MARCHUS"
Photo 10 : Saint Mathieu , apparaît sous la forme d'un personnage ailé.
Photo 11 : Enfin, à la gauche du Christ, un taureau symbolise saint Luc, comme l'indique le cartouche "VITULLUS LUCAS". Cette peinture, pleine d'expression est superbement conservée.

Sur le fond du choeur

Photo 12: À gauche de la petite fenêtre, l'Annonciation : Marie, vêtue d'un manteau bleu est agenouillée et l'ange Gabriel, avec ses grandes ailes et une cape jaune, vient lui annoncer sa future maternité. On peut remarquer les phylactères, ces petites banderoles, sur lesquelles se déploient les paroles prononcées par l'ange.

Photo 13: Enfin, à droite de l'ouverture, Saint Christophe, le patron de l'église. Il est représenté comme un géant portant sur ses épaules un enfant et tenant un bâton bourgeonnant : selon la légende Christophe était passeur à gué et faisait traverser la rivière aux voyageurs . Un jour, un enfant se présenta, Christophe le mit sur ses épaules et au milieu de la rivière, l'enfant devint si lourd que Christophe dût lutter pour finir la traversée. L'enfant lui dit alors : "tu as porté sur les épaules celui qui a créé le monde : car je suis le Christ ton roi, auquel tu as en cela rendu service ; et pour te prouver que je dis la vérité, quand tu seras repassé, enfonce ton bâton en terre vis-à-vis de ta petite maison, et le matin tu verras qu'il a fleuri et porté des fruits."

Ainsi, cette église Saint-Christophe, à l'extérieur modeste et pourtant classée Monument Historique,
constitue avec ses superbes peintures murales,
l'une des magnifiques surprises que nous réserve le Périgord !

@ Marie-France Castang-Coutou
Contact: postmaster*liorac.info (remplacer l'étoile par @)