1834, le maire mène l'enquête


page mise en ligne le 18 février 2021      

Voici un document trouvé dans les Archives de la mairie de Liorac : quelques pages volantes des délibérations du Conseil Municipal de l'an XII (1804) à 1834.

En 1834, on trouve une plainte déposée auprès de la mairie : ce qui serait maintenant naturellement une charge pour la gendarmerie était à cette époque dévolue au maire (François PAULHIAC), seul agent de l'Etat dans la commune, chargé de fonctions administratives en matière d'état civil mais aussi de police.

LES PROTAGONISTES :
Gérôme CHAUME :
né en 1772 à Lamonzie Montastruc, il était venu s'installer à Liorac , quand il avait épousé en 1806 une fille de la Raffigne Marie GAY. Deux fils étaient nés : Etienne en 1807 et Pierre en 1810. Mais Marie GAY décéda en 1818. Elle n'avait que 44 ans. Devenu veuf, Gérôme se remaria en 1826 avec Toinette GEOFFRE, il avait 54 ans et elle 56 ans, donc pas de risque d'enfant du deuxième lit.
Pierre CHAUME :
fils second, il vivait avec son père et sa belle mère ("sa tante") à la Raffigne. Il avait donc 24 ans au moment des faits. Il se maria à Vergt en 1841, il était alors huissier.
Toinette GEOFFRE :
née à Sainte Alvère en 1769, elle avait épousé Gérôme CHAUME et habitait la Raffigne avec son mari et son beau fils Pierre.

Histoires de Liorac : les temps modernes
1811-1911 Les pavés de grès de la forêt de Liorac.
Les carriers de Liorac.
1824 De la fausse monnaie circule à Liorac.
1834 le maire mène l'enquête.
1835, les réponses du maire, F. Beneys, à l'enquête
de Cyprien Brard donnent une image détaillée de Liorac.

1848-1849 Troubles à Liorac lors de l'élection du premier président de la République au "suffrage universel".
Recensements 1846-1936. Evolution des métiers au bourg de Liorac.
1852, l'agriculture à Liorac (enquête statistique)
1813-1975 : Médaillés de la Légion d'honneur à Liorac
1836-1863 La formidable aventure de la route n°27
          le grand chambardement du bourg
          la naissance du haut Liorac
1876-1904 Construction de la maison d'école
1870-1871 : une guerre oubliée. Soldats de Liorac
1888 Une histoire de loup à Liorac.
1883 Les problèmes d'ordures à Liorac ne datent pas d'aujourd'hui !
1894 L'école de fille à Liorac devient école laïque.
1897-1965 Le bureau de poste de Liorac
1902 Le curé Tafforeau au moment des élections.
Vers 1905, c'était encore le temps des loups à Liorac.
1913 Les pilules roses pour personnes pâles.
1925 L'électrification du bourg.
L'adduction d'eau, un marathon de plus de 45 ans :
         Avant l'adduction d'eau, les puits.
         1913-1914, une première tentative
         D'une guerre à l'autre
         1958, l'eau arrive enfin dans le bourg !
          1959-1969,10 ans de plus pour alimenter tous les hameaux de Liorac
1917 Haro sur les nuisibles.
1918 Les soldats de Liorac "Morts pour la France".
Vers 1920, la laiterie des Bigayres
1922 Le Monument aux morts de Liorac.
1925 L'électrification du bourg.
1919-1965 L'autobus de Liorac.
1939-1945 Deux "Morts pour la France" à Liorac.
1940-1945 Maurice Sarazac, Compagnon de la Libération.
1950-1965 La tournée de Denise.
Dans les années 50, l'épicerie Carbonnel.
Dans les années 50, la boulangerie Chassagne.
Dans les années 50-60, la fête à Liorac.
1961 Le tour de France passe pour la première fois à Liorac.

 
Voici l'histoire :
J'ai retranscrit aussi fidèlement que possible le document en ajoutant la ponctuation et en corrigeant quelques fautes qui auraient nui à la compréhension du texte.

La plainte :
Pierre Chaume propriétaire demeurant à la Raffigne et domicilié à Bergerac se plaint au maire de la disparition de différents objets mobiliers (chemises de femme, jupes et autres hardes, serviettes, nappes, fils prêts à faire la toile et beaucoup d'autres objets de sa maison lui appartenant ou à Gérôme Chaume son père, lesquels objets étaient confiés à Anne Geoffre sa tante depuis longtemps directrice de sa maison.
En conséquence le dit Pierre Chaume nous a invité à rechercher les susdits objets que, par des informations qu'il aurait prises, lui aurait été indiqués dans le bourg de Liorac.
Dans l'auberge de Pierre CHASSAGNE
Nous nous sommes transportés dans le bourg de Liorac accompagnés de lui plaignant, et des deux témoins ci après nommés Etienne Guilhen âgé de 25 ans sabotier et de Henri Masseron âgé de 55 ans cordonnier tous deux domiciliés au bourg de Liorac. Accompagnés comme susdit chez le sieur Pierre Chassagne aubergiste et nous n'avons trouvé que Anne Chanaud son épouse.
Les objets sont retrouvés
Sur le champ Anne Chanaud dit qu'il était vrai que la ditte Anne Geoffre tante du plaignant lui avait porté dans la journée d'hier 31 juillet , deux paquets de linge et un autre dans la matinée du 1er août. Elle montre les paquets rt le maire en présence des témoins en examine le contenu
dans le premier paquet : 17 chemises de femme, une serviette sans marque, un tablier qui servait à plier le paquet.
dans le second paquet : trois mouchoirs de poche, quatre tabliers en coton ou indienne, deux jupes en étoffe, trois brassières de différentes étoffes, un manteau de femme, une paire de bas bleus, un petit morceau de coton bleu et douze chemises
le troisième paquet : 6 chemises de femme, un bissard, une paire de bas bleus, trois jupes en toile dont une servant à envelopper le paquet.
Au moment où nous avions presque terminé la visite des paquets, Anne Geoffre tante du plaignant est entrée dans la chambre portant un quatrième paquet. Lui ayant fait connaitre la recherche du plaignant son neveu, nous l'avons invitée à nous faire connaitre ce que contenait le dernier paquet qu'elle venait de déposer : nous y avons trouvé les objets suivants,
trois jupes en étoffe et une Basin blanc (?) , un tablier en coton blanc, une brassière en coton blanc, deux paires de bas en laine, deux paires de gants ou mitaines en indienne, deux mouchoirs de poche, et un grand mouchoir servant à mettre au cou en coton, une faux à couper le blé, un mouchoir de poche en fil blanc , sept coiffes et un tablier servant à plier le paquet.
Il y avait donc essentiellement des vêtements de femme, qui nous paraissent aujourd'hui sans grande valeur. Mais à cette époque, tout morceau de tissu était important et les vêtements étaient systématiquement recyclés par exemple pour faire des vêtements d'enfants, et parfois retournés pour ne laisser voir que le côté non usé du tissu, ou teints en noir pour les périodes de deuil.
Les explications des différentes parties :
Pierre Chaume déclare que plusieurs objets lui appartenaient, à lui ou à son père comme leur provenant de la succession de Anne Gay, sa mère et son épouse.
Anne Geoffre soutient que ces objets lui appartenaient et que malgré qu'elle n'ait aucune raison de se plaindre de son mari elle voulait néanmois s'en séparer.
Anne Chanaud déclare qu'elle ne voulait pas en faire mauvais usage et qu'elle n'a reçu les paquets que sur la demande d'Anne Geoffre jusqu'à ce qu'elle aurait trouvé une chambre à louer. Elle a dit que les susdits effets devaient rester entre ses mains jusqu'à ce que le sieur Gérôme Chaume l'eut autorisée à les remettre.
Elle a ajouté qu'il y a environ trois mois, Anne Geoffre serait venue la trouver : elle lui aurait dit que si son mari ne voulait pas lui affermer une chambre ou qu'elle ne voulut pas la recevoir "elle sirai noyé"(sic).

Nous avons dressé ce procès verbal en présence des parties : nous avons invité Anne Chanaud à signer le procès verbal avec nous et les témoins, mais elle a déclaré ne savoir signer. Le sieur Chaume a signé avec nous (on peut d'ailleurs remarquer la qualité de sa signature qui révèle l'habitude, il travaillait à Bergerac sans doute chez un huissier puisqu'en 1841, il pratiquait ce métier.)
le dénouement
Les parties ont dû trouver un arrangement satisfaisant, puisque Anne Geoffre est décédée à la Raffigne en 1839. Elle avait 70 ans et était toujours "mariée à Gérôme Chaume".
Gérôme CHAUME a vécu jusqu'en 1852. Sur son acte de décès, il est noté "veuf de Toinette Geoffre". Il n'y a donc pas eu de séparation officielle des époux.

@ Marie-France Castang-Coutou - postmaster*liorac.info (remplacer l'étoile par @)